Honore la femme que tu es

Chaque femme a un rapport différent au corps, parfois torturé, jamais simple. Chaque corps et chaque femme a son histoire, son parcours. Nous avons toutes nos douleurs physiques, émotionnelles, notre héritage.
Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de notre rapport et notre façon de voir nos cycles de femme.

Sujet plutôt tabou dans nos sociétés, nos conversations, mais ô combien nécessaire.

J’ai toujours eu un rapport conflictuel au corps, si différent des autres femmes de ma famille, une féminité rejetée, des douleurs violentes liées à mon cycle… L’arrivée de mes règles n’est donc jamais une partie de plaisir.
Mais le cycle féminin devrait être fêté, c’est un rituel de la vie de femme, qui nous permet de voir le fonctionnement parfait de notre organisme. Et surtout c’est le symbole tellement précieux de notre féminité. Nous sommes femmes et c’est une chance, une grande beauté, une puissance.

Accueillons et fêtons chaque évènement de nos vies de femme.

En premier lieu, je pense qu’il est essentiel d’accepter notre corps et ses saignements, il n’y a pas de honte, ce n’est pas sale. C’est naturel. Comme les poils et les odeurs corporelles. A nous de faire nos propres choix : quant à l’épilation, de la contraception, des protections menstruelles… STOP AU WOMEN BASHING.

Changeons notre vision de cette période du mois, acceptons notre faiblesse, notre vulnérabilité. Acceptons que tout change à tout instant. Rien n’est stable, rien n’est fixe. Je peux être plus fatiguée, moins capable d’écoute et ce n’est pas grave. Demain est un autre jour. 😉

Sur le moment, il est nécessaire de gérer la douleur avec calme, patience. Utiliser les remèdes disponibles (infusion d’hibiscus, camomille, huile essentielle d’estragon massée sur le bas du ventre, bouillotte…).
J’utilise aussi cette méditation pour vivre en pleine conscience ma douleur et la laisser partir.

Une révélation pour moi a été d’accepter que la guérison et le changement viendront de moi. La situation est telle qu’elle est, tout dépend de ma réaction. Je peux choisir de sangloter dans mon lit, me rouler par terre ou essayer de gérer « la crise » avec dignité et douceur envers mon corps. Mon corps n’est pas mon ennemi. Il est moi et nous souffrons ensemble.

Fêtons nos règles, comme le commencement de notre cycle. Nous vivons la beauté de la renaissance perpétuelle, nous sommes l’exemple de la vie.
Il peut être bénéfique d’instaurer un petit rituel à ce moment du mois, pas pendant les douleurs ou quelques soient vos symptômes pré-menstruelles. Mais quand vous retrouvez vos esprits, que vous vous sentez plus calme.

Allumer une bougie, de l’encens. Se mettre au calme. Respirer profondément.
Faire une petite méditation en se concentrant sur son système génital. J’aime mettre les mains sur le bas de mon ventre en formant un triangle inversé. Me concentrer sur mon corps et imaginer les réactions en interne.

Apprenons à nous traiter en amoureuse de notre corps. On m’a dit une fois « traite toi aussi bien que tu traiterai un amant ». Acceptons-nous, traitons-nous avec douceur, amour et patience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *